Au secours Bernanos !!!

Publié le par Caractères

L'article ci-dessous a été malencontreusement oublié dans le numéro 36 de Caractères. Toutes nos excuses à Baudoin, son auteur, ainsi qu'à nos lecteurs.

L’agitation après la loi Pécresse, l’effervescence des élèves du Mirail, l’excitation fébrile de nos syndicats bien-aimés , Noël et les décorations de toutes sortes, les exams et le stress qui arrivent, …. Tout ceci nous montre que Bernanos est finalement encore bien utile de nos jours. Pourquoi ? Petit rappel : Par nature l’iepien déteste vivre, il se saoûle, fait la fête, dort peu la nuit, et même en cours participe à des jeux de rôle pour éviter de vivre vraiment. La solitude lui pèse. C’est un animal qui se sent démuni car il prend le silence pour du vide. Pour le combler : les coups de fil aux amis, la musique dans les oreilles, un film, n’importe quoi pour échapper à soi. Réfléchir ? Il déteste. Même l’apprentissage des cours est pour lui un moyen d’échapper à ses pensées, à sa vie qu’il doit assumer, au temps qui passe, à l’angoisse de l’avenir. Les questions existentielles lui pèsent. Etre seul c’est mourir. Dieu ? Inutile, il a passé le concours sans Lui avec succès, il saura vivre sans. Surtout ne pas perdre de temps ! Non, le temps de l’iepien est trop précieux, ou du moins doit –il toujours être utile. L’essentiel ? Il s’en fout, cela fait bien longtemps qu’il vit par procuration. Faire quelque chose qui n’est pas rentable ou qui est inutile ? Il s’en moque. Le désintéressement ? L’iepien ne voit le désintéressement que par l’ « Humanitaire » ( à condition toutefois qu’il en tire un petit profit symbolique). Est-il aussi pétri de vices comme le prétend cet article ? Pas du tout, l’iepien n’est que le reflet du monde dans lequel il vit. Car il déteste  ne pas être conformiste. Bien-pensant il est né, bien-pensant il mourra. Bourgeois il est né, bourgeois il mourra. L’iepien pense bien, boit bien, vit bien. Pour paraphraser Weber, il vit non seulement pour le monde mais du monde.
   Brisera-t-il un jour sa tiédeur ? Je ne sais. Acceptera –t-il toujours l’individualisme ? Certes non, il a de grands idéaux de « solidarité » ! Il se sent proche des « prolétaires », veut être leur porte-parole. Pourquoi ? Pour eux ? Non, pour son image. Il milite dans les syndicats d’extrême gauche, accuse le capitalisme ou le système de tous les maux, mais dépense son fric dans l’alcool et la cigarette et pollue autant que tout le monde.
  Changera-t-il les choses ? Il y croit. Il croit même arriver dans la vie par ses propres moyens. Etonnant aussi, il n’aime les pauvres que lorsqu’ils sont à plus de 1000 km de chez lui. La misère associée à l’exotisme l’intéresse peut être plus que la pauvreté visible. Un remède ? Distribuer, égaliser. Du moins le clame-t-il. La politique lui tient tant à cœur qu’il ne parle que de ça et fonde tout par rapport à elle. Pour lui, les sentiments ne peuvent transcender les idées politiques. En clair, on milite pour les prolétaires, au nom de la fraternité, la solidarité mais on est près à dénigrer un collègue pour ses idées politiques. Car il a des idées très arrêtées l’iepien ! Il aime les avantages du capitalisme mais adhère au marxisme. Du moins celui qui est présenté dans les bouquins de Marx. Car l‘iepien rêve de solidarité, ça oui ! Mais il porte le tee-shirt de Che Guevara sans complexes (celui–là même qui écrivait : « la haine est un facteur de lutte, la haine qui fait dépasser les limites de l’être humain »), il adhère à la théorie de la lutte des classes et aux théories de dominations présentées par Bourdieu et ses comparses.

Est venu le temps de choisir et de vivre. Oui, l’iepien peut changer. Il peut, comme écrivait Pascal, passer du divertissement à la conversion. Il peut vivre et considérer que les sentiments sont au-dessus des idées politiques, que la générosité commence par la bonne action quotidienne, etc… Et Bernanos alors ? Et bien Bernanos nous avait prévenu. L’iepien n’a pas écouté Bernanos ( même s’il l’a parfois étudié ). Déjà Pascal avait dit qu’ « un roi sans divertissement est un homme plein de misères », Bernanos n’a fait que suivre cette ligne. Mais maintenant nous sommes tellement plongés dans cette civilisation moderne qu’elle ne nous effraie plus. Nous nous somme habitués à vivre en nous projetant dans le passé et dans l’avenir de telle sorte que le présent a disparu sans qu’il s’en rende compte. « Une conspiration contre toute forme de vie intérieure » cette civilisation ? Oui, mais d’aucuns ont accepté cela. L’iepien le fera-t-il ? Une nouvelle civilisation passe par une nouvelle élite permettant de restaurer la vie intérieure et essayant d’être exemplaire. « Inutile d’opposer capitalisme et communisme, c’est la même chose »écrit une nouvelle fois Bernanos. L‘iepien hausse les épaules et ne cessera de démontrer toutes les différences et subtiles oppositions que d’autres bien-pensants avant lui auront inventé. Et après cette petite démonstration satisfaisant son petit ego, il continuera à ergoter pour montrer combien il est intelligent et combien les grands penseurs le sont peu finalement ; à côté de lui du moins, concédera-t-il. L’iepien est tellement dépendant du monde au final (son petit ordinateur portable, son petit téléphone portable, sa petite carte bleue) qu’il place ses espoirs dans le monde et la technique. Arrive une contrariété et son peu de vie intérieure le pousse à paniquer. Relativiser, se centrer sur l’Essentiel, avoir une vie intérieure, bref être non-conformiste actuellement est-ce si difficile pour lui ? Oui, mais il en vaut la peine. Car au fond, ce n’est pas un mauvais bougre. Il de bonnes intentions, de grandes idées, et il a beaucoup d’imagination et un certain idéal. Se désencroûter lui demandera du temps mais il en est capable. J’en suis sûr. La vie intérieure est à ce prix.

B.G.

Publié dans Articles inédits

Commenter cet article

plus 14/12/2007 15:51

Reprendre les quotes issues des feuilles de citations de loubet, c'est plutto ca la mediocrite a mes yeux. Citer sans avoir lu ca me rebute.

Jo 13/12/2007 14:43

Dès qu'on veut élever un peu le débat il y a toujours des gardiens de la médiocrité pour discréditer! Attention pas trop de culture! pas trop de citations! On risquerait de paraître intelligent!

wam 11/12/2007 22:45

Non, cest si facile de paraitre intelligent en citant un illustre toutes les deux phrasses.

gloups 11/12/2007 22:23

C'est clair que ça fait plaisir un article comme ça , et pour ma part je ne vois aucun côté culture/ confiture ,c'est si facile de disqualifier un écrit sous ce prétexte ...

wam 11/12/2007 17:48

Mouai.
Mouai.Un cote tres culture/confiture quand meme.